Céline Heimburger

Aller à : navigation, rechercher

Doctorante

ICube - MIV
300 Bd Sébastien Brant
BP 10413
67412 Illkirch CEDEX - France

Tel : +33 (0) 3 68 85 44 13
Tel : +33 (0) 3 68 85 40 39
Bureau : B252

Courriel : celine.heimburger@chru-strasbourg.fr

[[File:|frameless|center]]

Activités de recherche

Sujet de Thèse

Evaluation précoce de la croissance tumorale des résidus post-chirurgicaux des glioblastomes par IRM-ITD.

Directeur : Vincent Noblet
Co-directeur : Pr I.J. Namer
Unité d’accueil : [ICube UMR 7357 – Équipes MIV et IMIS]

Contexte scientifique et problématique : Le glioblastome (astrocytome grade IV) est la forme la plus agressive des gliomes. Il se caractérise par la présence de tissu nécrosé associé à la présence de cellules tumorales. Le traitement de ces tumeurs passe, si possible, dans un premier temps par la chirurgie. Il est ensuite complété par une radiothérapie et une chimiothérapie. Malgré l’émergence de nouvelles techniques de neurochirurgies et de radiothérapies, ces gliomes de hauts grades restent actuellement incurables et l’espérance de vie des patients ne dépasse que très rarement les 2 ans.

En pratique, la planification du traitement de radiothérapie se base sur la détermination de volumes cibles sur l’IRM. Cependant, cette délimitation est sujette à controverse. Elle inclut le volume tumoral avec la néoangiogénèse, correspondant à la prise de contraste en séquence T1 après injection de gadolinium, en fonction des cas, ce volume est élargi à l’œdème péri-lésionnel qui correspond à la prise de contraste en séquence T2 (séquence FLAIR et séquence pondérée en DP/T2). On ajoute à ces volumes des marges de sécurité de 2,5 cm. Cependant, la récidive tumorale apparaît dans 80% des cas dans les 2 cm des marges de traitements, suggérant une mauvaise répartition des doses délivrées de radiothérapie. En effet, la méthode de délinéation des contours ne tient pas compte de la dynamique de croissance de ces tumeurs qui sont très infiltrantes, parfois même à grande distance du site tumoral initial et sans constitution de masse critique. Par exemple, le glioblastome infiltre préférentiellement la substance blanche. L’infiltration tumorale résiduelle après chirurgie n’est pas identifiable sur les séquence d’IRM morphologique.


Objectifs de la thèse : L’objectif de ce travail est d’évaluer précocement l’évolution spatiale des résidus tumoraux post-chirurgicaux à partir des données de l’IRM morphologique, de l’IRM du tenseur de diffusion et de la spectroscopie RMN. Pour valider la méthode, les résultats simulés seront confrontés aux données d’imageries réelles du patient, obtenues grâce au suivi longitudinal ainsi qu’aux données de la spectroscopie RMN. Dans un second temps, nous pourrons appliquer les méthodologies développées sur une autre population de patients afin d’évaluer la possibilité d’exploiter ces techniques en routine clinique.

Ces résultats permettront de prédire l’évolution tumorale et d’intégrer ces données au traitement de radiothérapie afin d’inclure l’infiltration tumorale infra radiologique aux volumes traités. La radiothérapie pourrait ainsi être plus adaptée en augmentant la dose délivrée aux zones à risque de récidive et en limitant la dose délivrée aux tissus sains. .